Accueil
Membres
Recherche
Axes de recherche
Thèses
Actualités
Outils
Bibliographie
Liens
Contact

Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

jean_charles_speeckaert [2017/05/19 10:41]
jeancharles
jean_charles_speeckaert [2017/05/19 11:13] (version actuelle)
jeancharles
Ligne 38: Ligne 38:
===== Sujet de la thèse ===== ===== Sujet de la thèse =====
-Doctorat d’histoire « Construire une relation pacifiée. Les diplomates français à Bruxelles dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Pratiques et réseaux ». Ce travail vise à analyser les différents aspects de la diplomatie française dans les Pays-Bas autrichiens, de la « révolution diplomatique » de 1756 aux troubles révolutionnaires qui marquent la fin de l’Ancien Régime. La redéfinition des alliances européennes au milieu du XVIIIe siècle aboutit à la négociation d’une alliance inédite entre la France et l’Autriche (Traité de Versailles, 1756). Il convient d’examiner comment la mise en place et le maintien de cette paix se concrétisent à travers les relations entre la France et les Pays-Bas autrichiens, le territoire des Habsbourg le plus proche de Versailles. La première partie porte sur la signification diplomatique et politique de l’envoi d’ambassadeurs à Bruxelles au XVIIIe siècle. En se demandant si la Monarchie autrichienne est vue par la France comme un ensemble d’États disparates ou comme l’espace d’une géopolitique unique et coordonnée, c’est la question des provinces belgiques comme lieu et enjeu des relations internationales qui est posée. L’objectif est de s’interroger sur le rôle d’intermédiaire, d’ « agent de liaison », des Pays-Bas dans les rapports de la France avec l’Autriche (ainsi qu’avec les îles britanniques et les Provinces-Unies). La seconde partie s’intéresse aux hommes et aux femmes au cœur de ces relations, à la rencontre de leurs intérêts, à leurs pratiques et aux réseaux qu’ils forment de part et d’autre d’une frontière commune.+Doctorat d’histoire « Construire une relation pacifiée. Les ministres de France à Bruxelles dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Pratiques et réseaux ». Des relations entre la France et les Pays-Bas méridionaux, l’histoire a surtout gardé le souvenir des affrontements et de la soif de conquête. Le renversement des alliances de 1756 met fin à ce voisinage conflictuel pour près de cinquante ans. Cette alliance inédite amène Louis XV et Marie-Thérèse d’Autriche à pacifier leurs rapports. L’objectif de cette thèse est d’examiner comment la mise en place et le maintien de cette paix se concrétisent entre la France et les Pays-Bas autrichiens. Ce sont près de deux générations des populations de ces pays qui vivent une rare période de paix et de prospérité. La première partie du travail porte sur la signification diplomatique et politique de l’envoi de ministres à Bruxelles - au sein d’un territoire qui n’est pas souverain. En analysant les formes de la représentation diplomatique et la mission de ces envoyés, c’est la question des provinces belgiques comme lieu et enjeu des relations internationales qui est posée. La seconde partie s’intéresse aux hommes et aux femmes au cœur de ces relations, aux ressources qu’ils mettent en œuvre, c’est-à-dire leurs pratiques et les réseaux qu’ils forment. Dans le contexte de relations transfrontalières, l’accent est mis sur l’intervention de personnes aux profils variés, parfois éloignées des cercles et des lieux de pouvoir.
===== Vie scientifique ===== ===== Vie scientifique =====